HETSR / "Atelier des visions" 

Campus Wahlmodul / Techniques de plateau et arts connexes / Kursangebot der Partnerschule (HETSR)

Wird auch angeboten für

Nummer und TypMTH-MTH-WPM-02.19H.015 / Moduldurchführung
VeranstalterDepartement Darstellende Künste und Film
LeitungResponsable: Robert Cantarella
Enseignant: Loïc Touzé
OrtLa Manufacture, Lausanne
Anzahl Teilnehmende5 - 8
ECTS2 Credits
Lernziele / KompetenzenOuvrir des perspectives physiques et imaginaires par l'expérimentation du corps en mouvement afin de découvrir des relations inédites à l'espace et au temps .
InhalteVision :
Ce que nous voyons est une composition complexe entre ce qu’il y a à voir, ce que nous savons voir et ce que nous désirons voir.
Qu’est-ce que regarder un paysage, un lieu, une action, un geste, une danse.
On peut discerner deux grands modèles. Le premier pourrait se résumer ainsi :
« regarder c’est comprendre », il repose sur une conception du regard, ou plus largement la vision comme phénomène cognitif. Ce qui est regardé se conçoit comme un système de représentation qu’il faut déchiffrer, l’enjeu de la lecture est avant tout interprétatif.
Le second «Regarder c’est sentir » fait entrer en jeu la notion d’empathie désignant le fait que celui qui regarde ressent l’expérience de ce qui sous son regard est mouvant, instable, incertain.
Avoir des visions ce serait peut-être tout a la fois comprendre et sentir mais peut-être aussi halluciner le monde qui lui aussi nous regarde.

Préparation:
Préparer la vision par une suite d’exercices de yoga des yeux et des pratiques d’observation incluant le passage d’une vision focalisée à une vision dé-focalisée.
Lire, observer l’espace à partir d’une suite d’exercices influencés par le travail de Lisa Nelson sur l’image/action et le scanning du corps et de l’espace.

Déanbulation:
Découvrir et prendre conscience par la marche, des fonctions « haptiques » et « phoriques »
Se transporter tout en prenant conscience des opérations de transfert de son propre poids dans le corps.
Sentir et comprendre comment les forces gravitationnelles traversent le corps.
Ces deux opérations permettent de convertir l’expérience de la circulation du poids en durée.

Spacialisation :
Se situer, c’est distinguer spatialité de position et spatialité de situation.
La spatialité de position correspond au point localisé, à un ici, à une définition géographique.
La spatialité de situation fait que le point du ici se déploie, devient ambigu car nous ne sommes pas seulement ici mais aussi, un peu, là-bas. Le sujet vivant est situé, s’il n’est que positionné, il correspond à un objet objectivé, un quasi cadavre sans lien avec ce qui l’entoure ; il est ici, et non relié à un lointain à une mémoire.

Pratique:
Le travail de mise en condition physique pour aborder concrètement la spatialité de situation est basé sur une méthode dynamique et collaborative, dite de «Pillow Training».
Le Pillow Training est une méthode d'entraînement qui permet de travailler la motricité au moyen d'une «extériorisation pondérale» donnée par un coussin que l'on manipule, lance, soutient, etc. Elle se pratique seul, à deux ou à plusieurs; cette méthode engage le corps dans tous les aspects de la relation : empathie kinesthésique, écoute, coordination. De façon générale, tous les exercices de travail corporel proposés permettent d'éprouver le corps comme étendue, relation, configuration et transfiguration.
TermineDu 6 au 8 janvier 2020
Dauer9h-13h & 14h-18h
Bewertungsformbestanden / nicht bestanden
SpracheDeutsch